jeudi 3 décembre 2009

MELT BANANA- Melt Banana Lite live: ver. 0:0


L'exercice live est assez périlleux quand on y pense, parce que dans la plupart des cas c'est soit: Un best of déguisé, et qui en général s'en tire bien parce qu'il à de la gueule dans cet accoutrement (le best of); Une fin de contrat qui s'éternise et qui voie là l'occasion d'en finir bien plus vite; soit un outil pour affoler la pompe à fric des fans d'un groupe, qui de toutes façons lacherons les roubles sans poser de questions. Là où ça marche parfaitement avec Melt Banana c'est sur scène, le groupe est excellent. Ils l'avaient déja prouvé avec l'enregistrement proposé par Tzadik (Zorn et sa pompe à fric perso, celle qui marche toujours bien) à la fin des années 90: le live aparaissait dans ce cas précis comme le disque le plus réussi du groupe (et sans pour autant infliger au reste de discographie une labelisation de second rang). Bref, un second live, comme pour montrer les autres, ou les nouveaux grands moments du groupe, 10 ans après le premier. A l'écoute, tout est parfait. Le son est puissant, tout ressort, et le grain live est indéniable (même si le public est absent). Très belle performance, belle traduction sur disque (un peu court, et j'aurais aimé me délécter une seconde fois de la reprise des Beach Boys mais bon) de ce que le groupe à dans le ventre. Et on se serait arrêté là si notre curiosité n'avait pas élucidé ce mystère qu'est le titre même du live: "Melt banana LITE". Tiens? Pourquoi LITE? C'est loin d'être accoustique comme disque me ferait dire une première impression. Recherche, et hop, voilà la vérité, nue: LITE signifie que Melt Banana faisait sa propre première partie en éxécutant ses morceaux uniquement équipé d'une batterie (pas encore la maitrise d' ANB pour une BaR visiblement), d'une voie (on l'aurait déviné), et de synthés & samplers. Donc le gros son qui tronçonne sévère sur tout le disque n'est pas une guitare, et les effets en tout genre, les bruits de sirènes, larsens, boucles ne sont plus issus d'une simple 6 cordes. L'inventif, l'excellent même j'ose dire guitariste du groupe Nippon oeuvre ici uniquement derrière des machines pour remplacer son jeu de guitare si singulier. La différence est cependant quasi imperceptible, mais le groupe présente la performance comme étant plus libre encore que la formation classique. Par cette petite astuce, Melt Banana traduit donc encore un peu plus son audace, sa personnalité. Et ce live dépasse donc sa fonction première et s'avère être un habil exercice de style, mené avec brio, tant le travail fourni par le cinglé masqué est ici fort concluant. Pour ceux qui ne sont pas exaspéré par la musique du groupe, ce live est donc hautement recommandé!

2 commentaires:

Bertrand a dit…

Plus que l'autre?

DMDFC a dit…

Ca se complète bien. J'ai quand même une petite préférence pour le premier. Mais c'est aussi du aux morceau plus vieux que j'aime beaucoup et qui ne sont pas forcément présent ici.